Comment transpirent les chiens ? En voilà une question qui peut s’avérer un peu « bête »… mais pas tant que ça à vrai dire. Les chiens sont actifs, ils aiment courir, sauter, s’amuser et adorent se promener… et cela, tous les jours. Cette activité, logiquement, doit dissiper la chaleur par la sueur stockée dans le corps de Médor, mais les chiens manquent de glandes sudoripares au niveau de la peau. Ils ne transpirent donc pas comme nous, ou comme d’autres animaux comme les chevaux, par exemple. En lisant cet article, vous allez comprendre comment les chiens font pour transpirer, et pourquoi le font-ils de cette manière.

La transpiration par les coussinets

Et oui, la principale forme de transpiration chez nos compagnons se réalise par les coussinets. Ils ne possèdent pas beaucoup de glandes sudoripares, par conséquent, ils ne transpirent pas -du moins presque pas, par la peau. Les glandes s’accumulent dans les coussinets. C’est pourquoi lorsqu’il fait très chaud, ou après avoir pratiqué un exercice physique intense, votre chien, en marchant, laisse des empreintes humides sur votre carrelage.

Alors vous voyez, même si les coussinets remplissent des fonctions essentielles à son bien-être, à sa vie sociale et à sa mobilité, ils renferment les seules glandes sudoripares du chien, c’est aussi pourquoi ils doivent être vérifiés régulièrement.

La langue pour dissiper la chaleur

Effectivement, la langue est aussi un organe permettant à votre boule de poils de dissiper la chaleur interne. La langue ne transpire pas comme les coussinets, mais l’eau qui s’en évapore refroidit alors le corps de l’animal.

La respiration pour refroidir

Le sifflement : Lors d’une forte chaleur ou après un exercice qui fait grimper la température du corps, la circulation sanguine envoie un flux sanguin conséquent vers la langue du chien. Les glandes salivaires produisent une humidité abondante qui entraîne le refroidissement de son corps. C’est pour cela que votre chien sort la langue de sa gueule.

L’association de la langue pendante et les hoquets font partie intégrante du système de thermorégulation chez le chien. N’oubliez pas que sa température se situe entre 38° et 39°.

Chez le chien, l’halètement est très important. C’est pour cette raison, qu’il faut utiliser une muselière de type panier si vous possédez un chien de catégorie 1 ou 2.

L’efficacité de la thermorégulation

Le système thermorégulateur canin reste cependant moins efficace que le nôtre, et surtout, plus compliqué. Du fait qu’ils sont recouverts de poils, les chiens possèdent un petit nombre de glandes sudoripares au niveau du torse. Si les chiens possédaient les mêmes glandes que nous, ils seraient recouverts de sueur, et leurs poils empêcheraient alors leur refroidissement. On observe d’ailleurs le même phénomène chez les êtres humains très poilus, qui transpirent abondamment au niveau du cuir chevelu et qui ne se sentent pas bien avec les cheveux mouillés et chauds.

Les oreilles et le visage du chien participent aussi au refroidissement, notamment en ce qui concerne le cerveau. En constatant une augmentation de la température du cerveau, les veines du visage se dilatent et s’élargissent. Cela permet d’irriguer de manière optimale les oreilles, le visage et la tête de l’animal afin de diminuer la température excessive.

Il faut savoir que les chiens de grande taille sont moins bien refroidis que les petits chiens. Parfois, le chien n’est pas apte à expulser toute la chaleur stockée par son corps. Néanmoins, les chiens de petite taille supportent plus difficilement la chaleur ambiante.

Quelques exceptions canines

Il existe des chiens sans poils. Ces chiens transpirent eux aussi, mais ils possèdent des glandes sudoripares dans leur corps. C’est le cas pour Xoloitzcuintle, un chien de race glabre. Il est appelé aussi chien nu du Mexique ou mexicain. C’est une race très ancienne. Ce chien est nu, à l’exception de quelques poils par ci, par là, se trouvant au niveau du front et de la nuque.