Certains chiens peuvent être malades en voiture, en bateau, en train ou même en avion. Il faut savoir que plus de 1 chien sur 6  souffre du “mal des transports” alors ne vous inquiétez pas. Pour gérer au mieux ce genre de situation, voici quelques conseils précieux susceptibles de vous intéresser.

Pourquoi votre chien souffre du mal des transports ?

Le mal des transports peut être du à un stress important chez un chien anxieux de nature, un problème au niveau de l’oreille interne, ou à cause d’un souvenir lié à une mauvaise expérience. Quand le stress est le seul en cause, il est fort possible que le mal des transports disparaisse au fil du temps, car votre compagnon s’habituera à voyager. De ce fait, il comprendra qu’il ne lui arrivera rien de désagréable.

Si l’oreille interne est en cause, (son fonctionnement est perturbé par le déplacement du véhicule), à chaque trajet le chien peut être malade. Cependant, bien souvent cela s’arrange avec l’âge. En effet, les mouvements de la voiture perturberaient le fonctionnement de l’oreille interne. L’animal voit qu’il bouge par ses yeux, mais son oreille interne n’aura pas la sensation de mouvement puisque le chien est immobile. Ces informations transmises au cerveau ne sont alors plus cohérentes, et de ce fait, sont mal interprétées. Cela provoque l’activation de certaines zones du cerveau coupables des nausées. Le stress aggrave la mauvaise transmission des signaux, mais une fois que les mouvements cessent, les nausées disparaissent.

Ce qui peut arriver de pire

Le chien, avant de vomir se met à baver. Cela n’est pas toujours du à une conduite brusque ou à cause des amortisseurs anciens du véhicule, mais avant tout, il faut bien être certain que votre boule de poils souffre bien du mal des transports, et non d’une maladie ou d’une intoxication pouvant engendrer les mêmes symptômes, surtout si c’est la première fois que votre chien est malade en sortie. Vous pouvez également constater qu’il souffre de ce mal si vous le voyez inactif, trembler, gémir, bâiller, aboyer, agiter (il change de place très régulièrement ou se met à escalader les sièges). Il peut aussi être pris de diarrhées.

Pour vous en assurer, vous devez faire une pause. Si votre compagnon paraît ne plus être malade une fois le véhicule arrêté et après être descendu de voiture en quelques temps seulement, votre chien souffre alors du mal des transports. Cependant, vous devez tout de même vérifier s’il n’a pas de fièvre et que son ventre est souple. Vous devez vous assurer également qu’il ne reste pas prostré à cause de la douleur. Si vous en doutez, n’hésitez pas à consulter un vétérinaire dans les plus brefs délais.

Mieux vaut prévenir que guérir

Pour prévenir les risques, vous ne devez pas nourrir Médor avant de partir, et l’alimenter avec des repas légers pendant les deux jours précédant le jour du départ. Pour diminuer les risques de vomissement ou d’hypersalivation, votre vétérinaire pourra vous prescrire des médicaments.

En effet, les neurocalmants permettront à votre chien d’être moins angoissé. Il existe des cachets homéopathiques. Pour être sûr de leur efficacité, mieux vaut faire un essai avant le jour J, et surtout, lui donner le traitement plusieurs heures avant le départ.

Prévoyez quand même une couverture pour protéger vos sièges de voiture, en cas de non efficacité des médicaments, et des produits pour nettoyer en cas de vomissement. Si votre chien vomit, surtout, ne le grondez pas. Cela ne ferait qu’accroître son stress. Au contraire, vous devez vous montrer calme, et pour préserver votre animal, ayez une conduite douce et évitez les freinages brusques.

Vous pouvez prendre quelques précautions notamment

  • laisser les fenêtres entrouvertes, mais toujours en veillant à ce que votre chien ne puisse pas passer la tête
  • vous arrêter régulièrement (toutes les deux heures environ pour sortir l’animal et lui donner de l’eau)
  • mieux vaut attacher le chien à l’arrière de la voiture, derrière un filet ou une grille. Vous pouvez également opter pour la cage de transport
  • en fonction des préférences votre compagnon, placez-le au pied des passagers, ou alors dans une position où il peut voir la route
  • ne fumez pas dans l’habitacle
  • évitez toute odeur forte

Apprenez-lui à ne plus avoir peur en voiture

Pour éviter ce genre de situation, il est important d’habituer votre ami à la voiture dès son plus jeune âge. Tout au début, faites le monter dans la voiture, sans la démarrer. Restez quelques minutes dans l’habitacle, et si vous voyez que votre compagnon se comporte bien, caressez-le pour le récompenser. Par la suite, vous devrez alors opter pour des trajets courts, puis de plus en plus longs. Faites sa promenade en voiture en vue d’offrir à votre chien une activité qu’il aime comme une promenade dans un parc ou dans un bois. Vous pouvez également l’emmener dans un endroit où il pourra s’adonner aux jeux comme les jeux de piste, le lancer de balle ou de bâton, une partie de foot avec vous, et autres. Ainsi, il assimilera la voiture à un plaisir, ce qui l’aidera à moins stresser.

Attention à ne pas l’emmener dans un endroit qu’il n’aime pas comme chez le vétérinaire par exemple. Surtout, lorsqu’il a peur, vous devez éviter de le caresser, car cela renforcerait son attitude. Effectivement, il croira que son comportement est normal.

Des traitements qui fonctionnent

Pour vous aider à lutter contre ce mal, voici quelques traitements efficaces susceptibles de vous intéresser.

Homeopathie :

– Petroleum 5 CH + Tabacum 5 CH + Cocullus 5 CH : 3 granules de chaque, avant le départ et toutes les deux heures pendant toute la durée du voyage.
OU
– PVB Mal des transports (la posologie est indiquée sur l’emballage)

Si votre chien ne répond toujours pas à ces traitements cités ci-dessus, vous pouvez essayer Nux vomica 5 CH 3 granules, avant le départ et une autre fois pendant le trajet si nécessaire.

Aromathérapie :
– Huile essentielle de camomille romaine et de menthe poivrée : vous devez mettre deux gouttes de chaque sur un coton que vous placerez dans la voiture, à l’entrée d’une grille de ventilation, par exemple. Il existe également des diffuseurs conçus exclusivement pour les véhicules, mais aussi des petits sacs remplis de fleurs séchées. Dans ces derniers, vous pouvez y mettre quelques gouttes d’huile essentielle citée ci-dessus.

Fleurs de Bach

Rock Rose (Hélianthème) et Scleranthus (Scléranthe) : ces fleurs agissent sur le stress et la peur des transports. Il suffit de donner 2 gouttes de chaque Fleur de Bach à votre ami à quatre pattes, dans un petit peu d’eau avant de partir.

D’ailleurs, les Fleurs de Bach agissent également contre les états de panique et de peur chez le chien mais aussi chez l’humain, et même chez l’enfant dans certains cas. Le scléranthe agit vraiment de manière efficace contre le mal des transports, alors si vous devez voyager avec votre chien, cette solution pourrait vous intéresser.