Votre chien boîte et a des douleurs au niveau des articulations ? De nombreux chiens peuvent souffrir de boiterie et les causes peuvent être nombreuses, mais dans la plupart des cas, cela signifie qu’ils ont de l’arthrose. Par ailleurs, cette affection n’est pas exclusivement réservée aux chiens senior. 

Qu’est-ce-que l’arthrose chez le chien ?

Cette affection des articulations est très fréquente chez le chien, qu’importe son âge. Cette maladie détruit progressivement le cartilage articulaire, qui recouvre les os au niveau des articulations, permettant d’amortir les chocs. Le cartilage articulaire joue un peu le rôle de coussin, car il amortit les chocs. L’articulation du chien est composée d’au moins deux extrémités osseuses congruentes, c’est à dire assorties aux autres afin que l’articulation puisse se mouver et fonctionner correctement.

Les mouvements des pattes sont réglés autour des articulations. D’ailleurs, autour de ces dernières, se trouve une poche (la capsule synovie) qui contient un liquide lubrifiant (synovie). Quand l’arthrose évolue, une formation de tissu osseux anormal se forme au niveau des articulations, et cela provoque alors des douleurs et des difficultés pour se déplacer au fil du temps. En effet, les articulations deviennent moins souples et les mouvements se font plus difficiles. L’arthrose est l’évolution d’une articulation qui vieillit et qui souffre. Le liquide se trouvant dans la capsule synoviale s’enflamme, ce qui entraîne la destruction d’une partie du cartilage, pour ensuite engendrer une inflammation autour de l’os que le cartilage recouvrait.

L’inflammation est généralement causées par une incongruence de l’articulation. Effectivement, les ligaments maintenant les os placés parfaitement deviennent lâches, et de ce fait, les os ne bougent plus de manière « normale » par rapport aux autres dans l’articulation. Cela entraîne alors des frottements et donc de l’arthrose. C’est la même chose que la dysplasie du chien.

Cette maladie peut survenir quand le chien vieillit. Vous pourrez le remarquer si votre animal manifeste une douleur ou une boiterie, notamment le matin avant l’effort, pour ensuite diminuer ou disparaître lorsque l’animal se met à marcher. Dans ce cas-là, on parle de boiterie à froid. Ce genre d’arthrose évolue par crises, et donc votre compagnon boitera certains jours, et d’autres pas du tout. Au fur et à mesure que le temps passe, les jours sans boiterie diminueront, et la douleur sera de plus en plus marquée. D’ailleurs, vous pourrez parfois remarquer que les griffes des membres douloureux sont plus longues car il les utilisera beaucoup moins afin de se soulager. L’arthrose ne pourra pas s’améliorer avec le temps car au fil des mois et des années, le cartilage disparaîtra. C’est une maladie dégénérative.

Quelles sont les causes de cette maladie ?

Les causes de l’arthrose chez le chien sont assez diversifiées :

  • la vieillesse
  • la luxation de la rotule : cela est assez fréquent, surtout chez les races de petite taille. La rotule sort alors de la trochlée fémorale, alors le membre reste en flexion, ce qui entraîne un boitillement.
  • la dysplasie de la hanche, du coude ou de l’épaule. Les labradors et les chiens de grande ou géante taille sont particulièrement touchés par cette anomalie de croissance héréditaire.
  • une fracture mal cicatrisée : en effet, dans ce cas là, l’orientation des os peut changer, notamment si la fracture a eu lieu dans l’articulation. Cela engendrera une inflammation.
  • une inflammation : toutes les inflammations peuvent faire apparaître l’arthrose

Comment l’aider ?

Si votre chien est atteint d’arthrose, vous devrez diminuer son activité physique afin de soulager ses articulations. Ne lui faites pas faire de longues promenades, évitez de le faire descendre ou monter des escaliers et ne lui faites pas faire d’efforts importants.

Vous devez plutôt privilégier des exercices modérés chaque jour comme la marche, mais à son rythme, ou la nage afin qu’il puisse garder une certaine musculature.

Quel traitement lui administrer ?

L’arthrose est une maladie dégénérative et chronique, mais malheureusement il n’y a pas de solution pour l’éradiquer. Il existe juste des traitements ayant pour but de ralentir l’évolution de la maladie, et de diminuer les crises. Pour cela, des anti-inflammatoires, généralement non-stéroïdiens, aideront votre chien à surmonter la douleur. Pour être certain que Médor puisse bénéficier de ce traitement, le vétérinaire devra examiner régulièrement l’état de son foie et de ses reins, en réalisant des analyses biochimiques du sang.

Si votre chien ne peut pas recevoir ce traitement, le vétérinaire prescrira des dérivés morphiniques soit à l’aide d’une injection anti-inflammatoire puis ensuite vous devrez lui administrer un traitement buccal chaque jour. Il existe des injections d’anti-inflammatoires non stéroïdiens pouvant être administrés sur une longue durée. Attention, comme chez l’humain, les anti-inflammatoires peuvent entraîner des effets secondaires, c’est pourquoi mieux vaut éviter de les donner de manière permanente à votre chien. Ces traitements sont plutôt réservés pour soulager la souffrance et calmer l’inflammation en cas de crises.

Pour éviter de donner trop de médicaments à votre chien, vous pouvez le nourrir avec des compléments alimentaires entre les crises ou pour calmer une crise qui commence. Vous pouvez lui donner ces compléments par cure ou en continu, en fonction de ses besoins. Ces derniers possèdent des chondroprotecteurs, qui protègent le cartilage.

Vous pouvez également essayer de prévenir ces crises grâce à des techniques naturelles et non médicamenteuses ou des techniques alternatives, en complément de médicaments comme :

  • la physiothérapie avec laser, électro-stimulation ou massages
  • l’ostéopathie
  • la nage en mer ou en bassin

Attention à nourrir correctement votre animal, car l’usure des articulations viendra rapidement en cas de surcharge pondérale. N’oubliez pas non plus qu’un chien vieillissant bougera moins qu’un jeune chien, alors il aura tendance à grossir, ce qui entraînerait donc l’apparition d’arthrose.