L’histoire du film « Belle et Sébastien », est orientée surtout vers la rencontre d’un enfant solitaire et d’un grand chien sauvage à la fourrure épaisse et blanche. Ce petit garçon, au grand coeur et très dégourdi, va alors apprivoiser Belle, en se montrant patient et aimant. L’histoire de ces deux héros se déroule au cœur de la Seconde Guerre Mondiale, dans les Alpes.

« Belle et Sébastien », une magnifique histoire

Le scénario montre alors la naissance du bambin, Sébastien, qui a lieu en plein hiver, dans un refuge du Grand Baou. Sa maman, perdue dans la montagne le met au monde, mais fortement épuisée, elle meurt après l’accouchement.Heureusement, le bébé va être retrouvé et recueilli par César, un vieux monsieur. Il l’élève comme son propre enfant, auprès de ses petits enfants dont les parents Jean et Angelina sont décédés dans une avalanche.

A cette même période, à l’autre bout des Alpes, naît une petite chienne blanche, Belle. Pendant 6 années, elle ne connaîtra ni amour, ni vie de famille, car elle change très régulièrement de maîtres, et même de pays. La malheureuse chienne finit par être enfermée dans un chenil. Heureusement au bout d’un certain temps, elle réussit à s’enfuir, mais comme les hommes la croient dangereuse, elle devient vite victime d’une chasse sans merci.

Sébastien qui a le même âge qu’elle à présent, décide de la retrouver en apprenant que des battues sont organisées pour la tuer. César lui apporte alors son aide, et dès qu’ils réussissent leur mission, ils mettent la chienne à l’abri dans la ferme. La fameuse Belle, deviendra alors leur meilleure amie. « Belle et Sébastien » est une magnifique histoire d’amour et d’amitié entre une petit garçon et un gros chien, et cette série, créée par Cécile Aubry, est découpée en 13 épisodes. D’ailleurs, la réalisatrice, n’est ni plus ni moins que la mère de Mehdi El Glaoui, qui joue le rôle de Sébastien.

La série paraît en livre, avant le tournage, et passe à l’écran fin septembre 1965, pour la première fois. Ce feuilleton, en noir et blanc, diffusé chaque dimanche, sera suivi par 2 autres saisons : « Sébastien parmi les hommes » qui a été démarré le 4 février 1968 et « Sébastien et la Mary-Morgane », diffusé à partir du 10 mars 1972.

Belle n’est pas toujours celle que l’on croit

Comme presque tous les films tournés avec des chiens, plusieurs acteurs canins ont joué Belle. Pour trouver des chiens répondant aux critères, Cécile Aubry a visité plusieurs refuges, mais sans succès, alors elle s’est décidée à publier plusieurs annonces. Un couple, installé à Pontoise, envoie la photo de leur chien, un montagne des Pyrénées, qu’on appelle aussi un Patou. Ce mâle, répondant au nom de Flanker, deviendra alors Belle.

Medhi et lui, partagent de réels moments de bonheur et de complicité, ce qui contribue d’ailleurs, au bon déroulement du tournage. Le chien et le garçon ne se quittent plus. Flanker, qui n’a pas été dressé, n’en fait qu’à sa tête, parfois. Effectivement, il s’est échappé plusieurs fois, et est très gourmand. Le chocolat était sa friandise préférée, alors tout le monde a trouvé la solution au problème ! L’accessoiriste devait se cacher à tous les endroits où Flanker devait se rendre afin de faciliter les prises lors du tournage. En 1967, c’est avec tristesse que Flanker, âgé seulement de 5 ans, en en pleine force de l’âge est découvert mort par ses propriétaires. Probablement empoisonné, accidentellement ou volontairement…. Medhi, a été empli d’une tristesse infinie. 

Pour le tournage de Sébastien parmi les hommes », un jeune mâle, Yalov, remplace Flanker pour le rôle de Belle, en 1967. Et en 1970, dans « Sébastien et la Mary-Morgane », Sébastien se retrouve orphelin de Belle. C’est là qu’il rencontre Roxane, une femelle Setter, qui est dans la réalité, son véritable compagnon. La complicité entre le maître et la chienne crève l’écran. 

Trois chiens se partagent l’affiche dans le film de Nicolas Vanier. Il y a Garfield, qui apparaît sur tous les gros plans pour sa frimousse sympathique et son beau pelage. Il est d’ailleurs surnommé le « Brad Pitt des cabots » par son dresseur. Deux doublures l’accompagnent, Fort (des Brumes de la Comtée), qui se montre docile et obéissant. Celui-ci apparaît surtout dans les scènes d’action. Fripon (delle Rocca di Patou), qui se montre doux et affectueux lors des scènes de tendresse et de complicité. Les professionnels du cinéma, pouvaient compter également sur l’aide de Rusty pour jouer les doublures, afin de préserver l’actrice principale.

D’ailleurs, dans « Belle et Sébastien, l’aventure continue », un quatrième chien rejoint l’équipe. Bear, venu de la Cité des Anges, plus petit, mais grâce à sa belle tête, et à sa douceur, il servait surtout pour les plans serrés. Fort, quant à lui, était plus grand et plus calme pour jouer les scènes de feu ou les cascades. Fripon, était capable du meilleur, et Garfield, réunissait les qualités de tous, mais restait imprévisible. C’est lui qui a joué le rôle de Belle dans le premier volet.

Les trois chiots de Belle, dans le film, sont interprétés en réalité par 15 chiots. Effectivement, ils grandissent beaucoup, et surtout très rapidement alors, toutes les 2 semaines, les portées devaient être changées.